Accueil > Actualité > Les pirates du Net partent à l’abordage de Windows XP

Les pirates du Net partent à l’abordage de Windows XP

Dans quelques semaines, Microsoft arrête le support de Windows XP. Les cybercriminels se frottent les mains.

Retrouvez cet article en ligne :

Le compte à rebours a commencé.
À compter du 8 avril, Microsoft ne corrigera plus les failles de sécurité de Windows XP, laissant ainsi le champ libre aux virus, logiciels espions et autres programmes malveillants.

On pourrait croire que cela concerne peu d’utilisateurs étant donné que ce système d’exploitation est sorti il y a plus de douze ans ; une éternité dans le monde numérique !
Pourtant, près de 30% des PC dans le monde fonctionnent encore sous XP d’après les statistiques de la société Net Applications.

A titre de comparaison, ils ne sont que 10,5 % sous Windows 8.
Pas étonnant, c’est la version de Windows qui a eu la plus longue durée de vie commerciale, bénéficiant de multiples améliorations.

XP a fait son temps. Beaucoup de particuliers et d’entreprises y restent attachés car XP fonctionne très bien sur des machines anciennes, peu puissantes, et accepte des applis in-compatibles avec les systèmes d’exploitation récents.

Pourquoi donc stopper le support d’un logiciel encore si populaire ?
XP a été conçu vers 1998, à une époque où l’usage d’Internet était peu développé.
Il n’est plus capable de faire face aux nouvelles menaces issues du Web, justifie Bernard Ourghanlian, le directeur technique et sécurité de Microsoft France.

On l’a entretenu plus longtemps qu’on ne l’avait prévu à l’origine.
Mais il faut se rendre à l’évidence : « XP a fait son temps »

Le dernier rapport de l’éditeur sur les données de sécurité précise que les adeptes de Windows XP courent six fois plus de risques d’être infectés par un agent malveillant que les utilisateurs de Windows 8 Il suffit de consulter les correctifs publiés tous les deuxièmes mardis du mois par Microsoft, les « patch tuesday », pour se rendre compte que XP est sujet à de nombreuses vulnérabilités critiques.

La dernière en date a ainsi été utilisée par des pirates pour attaquer des ambassades dans une capitale du Moyen-Orient.

Mais jusqu’à présent, ceux-ci devaient profiter d’une fenêtre de tir réduite : entre le moment où une faille était découverte (le zero day en jargon informatique) et celui où Microsoft la corrigeait.

Dans moins de trois mois, « une faille zero day sur XP le restera éternellement », avertit Bernard Ourghanlian.

Une aubaine pour les esprits mal intentionnés.
Tous les spécialistes s’accordent à dire qu’ils sont nombreux à chercher de nouvelles vulnérabilités.

Publié sur 01Net N°790 du 23/012013 au 06/02/2013 par Amine MESLEM